Sa-cha

Comment concilier vie professionnelle et vie personnelle ?

Réussir et tout faire. Ne pas décevoir. Tenir le calendrier incompressible des attentes de son entreprise tout en maintenant une vie sociale épanouie et familiale apaisée. Un challenge qui nous guette tous. Quels que soient notre situation et notre âge.

La quête d’un équilibre vie perso / vie pro est-elle vaine ? Cette question touche tout le monde. Elle questionne notre imaginaire en nous invitant à dessiner des solutions viables et tenables dans le temps… Alors comment rétablir l’équilibre entre votre vie pro et votre vie perso ?

Pour aborder la question de l’équilibre vie perso – vie pro dans son intégralité, j’ai choisi de rédiger deux articles sur le sujet. Le premier, « Pourquoi l’équilibre entre vie pro et vie perso est-il rompu ? » s’intéresse aux évolutions sociétales en matière de travail et explique pourquoi nous sommes si nombreux à tomber aux mains de ce déséquilibre entre vie personnelle et vie professionnelle.

Le second, celui que vous lisez actuellement, vous présente différentes solutions pour redéfinir, pas à pas, un équilibre correspond à vos besoins et vos obligations. 

Comment définir l’équilibre vie perso / vie pro ?

Cette question me taraude depuis des années. Elle a revêtu tellement de visages dans mon esprit. Elle a suscité tellement de débat intérieur qu’il me faudrait 50.000 mots pour vous en parler. Mais je sais que 50.000 mots ne me permettraient pas de garder votre attention jusqu’à la fin de cette article ! 

Je ne sais pas ce qu’il en est pour vous, mais pour ma part j’ai essayé mille choses et 990 (au bas mots) non pas réussies. Je vais donc vous livrer les quelques-unes qui ont fait leur preuve et vous introduire à celle qui à littéralement transformé ma vision de cette question : ma relation aux plantes. 

Et croyez-moi, atteindre le stade de « faire ses preuves  » n’est pas une mince affaire, il y a eu de la casse en route ! Je vous livre donc les secrets de ma paix intérieure en espérant qu’ils seront aussi efficaces pour vous qu’ils l’ont été pour moi ! 

La première et plus importante chose à faire avant toute autre démarche est de trouver l’équilibre qui vous correspond. Il n’y a pas UN bon équilibre que tout le monde devrait atteindre. Il existe VOTRE équilibre. Celui qui vous correspond et correspond à l’étape de vie dans laquelle vous vous trouvez. La donne n’est pas la même d’une personne à l’autre. Et la quête peut ne pas en être une pour certain (comme je vous envie ! ). Mais malheureusement, ces doux privilégiés ne sont pas nombreux.

J’ai récemment déjeuné avec un jeune couple, genre couple cool “qui assure”. Chouette boulot, sportifs, enfant en route, futurs propriétaires… Bref, on discutait tranquillement avec le futur papa de son boulot. Discussion typique d’un début d’apéro !

« Alors, ça se passe bien, tu es content dans ta nouvelle boîte ? » 

Blasé, il répond d’une voix à peine audible « ouai ça va »

Encéphalogramme émotionnel plat… la passion ne transparaît clairement pas. 

De fil en aiguille il nous explique, fier de lui, comment il pose le crayon à 17h quoi qu’il advienne et à quel point la réaction de ses collègues l’indiffère et que si jamais ils ne sont pas contents et bien … c’est la même chose ! 

Je l’écoute me raconter tout cela et réalise petit à petit que son équilibre apparent est tout à fait relatif… 

En fait, il s’ennuie amèrement et ne prend aucun plaisir au travail. De retour à la maison il se rue sur son ordinateur pour jouer en ligne. La communication avec sa femme est fragile et son implication “à faire tourner” la maison faible. 

Alors oui, il quitte le travail de bonne heure et pose son crayon à 17h mais ce n’est pas cela l’équilibre vie personnelle et vie professionnelle…. Ce n’est pas qu’une question d’équilibre des heures !

Nigel Marsh nous parle très bien de cet équilibre dans sa conférence TEDx que je vous invite à écouter. Il nous livre son expérience personnelle et sa définition.

 

Un des points importants de sa conférence est l’idée que nous seul pouvons agir sur cette question-là et que la réponse ne pourra être apportée ni par les gouvernants ni par les entreprises. Je partage pour partie son point de vue. En effet, la réponse est en nous et nous avons la main sur notre capacité à rétablir cet équilibre individuellement. Mais je pense aussi que nos entreprises et plus globalement notre société peuvent aussi agir sur cette question-là mais c’est un autre débat !

Retrouver votre sérénité en renforçant votre équilibre.

Trouver VOTRE juste définition d’un bon équilibre ?

Vous l’avez compris, c’est indéniablement la première étape. Celle qui guidera votre quête, nourrira vos actions et ancrera vos décisions. Il n’y a pas une définition universelle, il y a la vôtre. 

Alors, quelle est-elle donc ? 

Je me suis si souvent posé cette question… et cela a fait l’objet de désaccord profond entre moi et moi-même. Elle m’obligeait à aller toujours plus loin et me posait la question du couple que je souhaitais construire, de la mère que je voulais être pour mes enfants en passant par la femme que j’avais envie de devenir. 

C’est à tout cela que vous devez répondre. Vous allez vous confronter à l’histoire de votre famille et à leur version de l’équilibre. Venez-vous d’une famille d’entrepreneurs ? De celle qui a tout donné à l’entreprise ? Ou au contraire avez-vous grandi dans un univers où le travail et l’entreprise n’était pas tout ?

Nous avons tous une histoire singulière doublée d’envies personnelles. Ils sont le point de départ de votre réflexion. 

Pour ma part, j’ai compris qu’être entrepreneuse, femme et mère était conciliable ! Ce n’est pas une sinécure mais c’est conciliable…

Et vous ? À quoi ressemblerait une journée idéale ou une semaine équilibrée ?

J’ai lu la biographie que Walter Isaacson a faite de Steve Jobs. Elle m’a beaucoup plu et touché. Elle propose une vision tellement spécifique de cette question, celle de Steve Jobs. Cet homme a fait le choix de ce que la plupart d’entre nous qualifierait de déséquilibre absolu. Mais était-ce le cas pour lui ? Ne perdez jamais de vue cette question personnelle dont la réponse vous appartient et n’est jamais définitive.

PAUSE… Prenez un moment et notez ce qui est important pour vous dans votre vie. Dans toutes les facettes de votre vie…professionnelle, personnelle et familiale.

Faites une liste pour chacune des catégories et inscrivez-y ce que vous rêvez d’y faire et le temps que vous aimeriez y consacrer. 

Par exemple :

  • Vie Perso : sortie avec mes amies – 3 soirs par semaine
  • Vie de famille : temps avec mon amoureux – 1 dîner sans enfant par semaine

Inscrivez ce qui vous tient vraiment à coeur dans vos trois colonnes.

Une fois terminé, repassez tout en revue pour identifier les activités dont vous ne voulez pas vous passer et repasser le temps estimé au crible de ce qui est “acceptable”. C’est ainsi que le définit Tal Ben-Sahar dans son livre “l’apprentissage de l’imperfection”. Soyons assez parfait pour confronter nos différents points au crible de ce qu’est notre vie aujourd’hui et de ce qui est donc soutenable. 

Voilà le premier pas pour se libérer de la pression en identifiant ce qui est, pour nous, un bon équilibre franchi !

Communiquer et communiquer encore

Une des grandes sources de stress et de déséquilibre est l’absence de communication. À la maison comme au travail, il faut parler et dire ce qu’il vous arrive. 

C’est le moment d’accepter la dure réalité : nous ne sommes pas des héros de Marvel ! Évitez-vous le lourd fardeau de cette illusion qui invite à croire qu’il est possible de tout porter à bout de bras, seul contre tous. 

Bien au contraire. 

À la maison : il faut parler et faire savoir à sa famille de quoi vous avez besoin et ce qui se passe pour vous. Partager avec vos proches les échéances importantes qui vous attendent au travail pour les anticiper collectivement. 

Exprimez ce que vous souhaitez modifier pour renforcer votre équilibre. Posez les choses simplement pour enrayer le syndrome de culpabilité ou le fait de ne tenir aucun compte de vos besoins. 

De même, au travail, il est essentiel de partager avec vos collègues ou associés les situations personnelles qui risquent de vous demander plus de présence pendant un temps… 

Communiquer pour se libérer et recevoir l’aide dont on a besoin est essentiel à votre équilibre.

Analyser son rythme et faire les changements nécessaires

Qui n’a pas prononcé une de ces phrases un jour ?

« Je suis du matin. »

« Ah oui et bien moi j’ai toujours été du soir ! »

« J’ai besoin de beaucoup de sommeil. »

« Je ne peux rien changer à mes journées. »

« Je n’ai pas le temps. »

Nous nous enfermons dans des rythmes qui, parfois, ne nous correspondent pas ou plus. Avez-vous vraiment pris le temps de remettre votre rythme en question, afin de vérifier qu’il vous correspond toujours ?

Pour ma part j’ai toujours affirmé être du soir…quand les enfants étaient couchés, je pouvais enfin (re)commencer à travailler ! Vous imaginez…Bonjour l’équilibre ! Cette certitude datait de l’époque où je passais mes examens à la fac. Je travaillais toute la nuit pendant 10 jours pour me préparer et après les examens je m’écroulais. Mais cela c’était avant…les enfants, la maison, la vie de couple et le travail ! Croyez-le ou non mais cette certitude a duré un sacré bon bout de temps…

Jusqu’à ce qu’un jour j’entrevois une alternative : le réveil à 5h30 du matin ! 

Après 3 ans de résistance idiote à ne pas vouloir lire le best seller « Miracle morning » que nous avions décrété, moi et mes préjugés, débile et inutile, j’ai décidé de changer d’avis et je l’ai lu.

Et si vous ne l’avez pas lu, je vous invite à le faire. Il a certes un petit côté « américain qui réussit tout » mais le message qu’il porte questionne profondément… suffisamment pour que je décide d’intégrer une morning routine à ma vie. 

Depuis cette lecture je me lève donc à 5h30 ( oui oui, 5h30 du matin !) avant que la maisonnée ne se réveille et que ma journée ne démarre pour un moment très précieux que je dédie à ma personne.

Et je n’utilise pas ce temps pour TRAVAILLER !!!! Non, ce temps-là je le dédie uniquement à ce qui me fait du bien à moi. Un rendez-vous que je ne manquerai pour rien au monde. Et s’il m’arrive de le faire alors je ressens physiquement une certaine tension qui se réinstalle. L’équilibre se fragilise.

Frédéric Bardeau, fondateur de Simplon en parle très bien dans ce podcast. Il a fait la même expérience.
Comment bien gérer son temps quand on est sous l’eau ? Frédéric Bardeau, Simplon by Ticket for Change

À vous de trouver ce qui vous correspond et croyez-moi, n’écoutez pas vos croyances limitantes. Vous pouvez ABSOLUMENT changer vos rythmes pour les adapter à vos besoins. Il suffit d’en faire votre priorité et faire preuve d’audace et de confiance !

Endosser la posture du roseau

Connaissez-vous la fable  » Le chêne et le roseau » de Jean de la Fontaine ? 

Dans cette fable, le chêne fort et robuste ne pouvant plier face à une très forte tempête se rompt et en meurt, alors que le frêle roseau plie sous la bourrasque mais ne rompt pas !

Ne soyez pas le chêne de votre vie. Soyez flexible et adaptez-vous aux situations qui vous sont proposées. Qu’il s’agisse de vie personnelle ou professionnelle. Ne résistez pas. Vous vous épuiserez à tenter de tout maîtriser. 

Autorisez vous à changer. Nous sommes des êtres mouvants aux besoins changeants. La flexibilité est notre meilleur atout pour s’adapter et ne pas faire de la résistance ou de la contrainte la réponse à l’inattendu. 

Le chêne se rompt… le roseau s’adapte.

Maîtres Oogway nous en parle très bien dans cet extrait !

Mettez votre concentration au service de votre équilibre ! 

Devenez intelligemment productif et mettez cette productivité au service de l’oisiveté !

Ne visez pas la productivité au travail pour en faire plus et toujours plus en ajoutant des tâches sur vos listes. NON ! Soyez productif pour très bien faire ce que vous choisissez de faire au travail et utilisez tout le temps gagné à rétablir un bel équilibre.

Je vous ai parlé un peu plus haut dans cet article d’un livre qui a changé ma vision de la concentration et de l’importance de temps libre. Il s’agit de « Deep work » de Cal Newport.

Son livre « Deep work, retrouver la concentration dans un monde de distractions » vise à aider les personnes à découvrir la valeur d’un travail concentré et conscient. Il explique comment parvenir à cet objectif et l’importance d’y parvenir. Il nous parle de régénération du cerveau, de créativité, de temps libre et d’oisiveté. Il nous explique comment notre cerveau fonctionne et nous permet de mettre le doigt sur les raisons de certains de nos comportements et pointe leurs conséquences. Je pense que ce livre peut être appréhendé de différentes façons. Il a été, pour ma part, un révélateur et m’a permis de concilier ma passion pour la productivité avec mon envie de liberté et de temps libre.

Cal Newport y explique comment mettre la productivité au service de son équilibre et l’équilibre au service de sa productivité.

En le lisant j’ai vu défiler au fil des pages la version idéale de l’équilibre que je recherchais.

Être une entrepreneuse plus créative et maître de son temps. Ou comment mon temps libre dédié au plaisir nourrissait l’entrepreneuse créative et productive que je devenais…

Comme Clara Dupont-Monod sur France Inter : « Je vous rappelle les références : Deep work, de Cal Newport aux éditions Alisio ».

Vous venez de découvrir dans cet article cinq techniques qui, utilisées simultanément, peuvent vous aider à rétablir l’équilibre s’il manque aujourd’hui à votre vie.

Bien sûr j’aurais pu parler de long weekend, de pause quotidienne ou encore de gestion des tâches et de blocage des communications. Ce sont toutes des méthodes connues pour vous aider à y arriver.

Mais si j’ai choisi de vous présenter ces cinq techniques c’est parce qu’elles agissent sur le fond de nos résistances et nous obligent à une transformation de paradigme.

Conclusion

La quête de l’équilibre entre vie personnelle et vie professionnelle n’est pas vaine. Ce n’est pas une quête facile mais elle est celle qui nous permettra de réinventer le système dans sa globalité. En acceptant de ne pas participer à cette course infernale vers la perfection et l’hyper productivité creuse, nous nous donnons les chances de devenir des citoyens conscients et des individus épanouis.

Il n’en faut pas beaucoup plus pour que nos sociétés changent…

Je ne peux finir cet article sans rendre hommage aux plantes d’intérieur qui ont été un  indéfectible allié de ma relation au temps. Elles m’ont aidée dans cette quête, semaine après semaine et m’ont transmis tous les enseignements dont elles sont riches..

Elles m’ont permis de poser un autre regard sur le temps en interrogeant ma relation au temps qui passe et que j’ai tenté en vain de contrôler.

Les univers végétaux permettent de réinventer une modernité faite d’équilibre, de nature et de créativité. Une modernité où les technologies ne sont pas notre pire ennemi !

Laissez-vous porter par le temps des plantes en apprenant à les observer et interagir avec elles.

Vous pourriez aussi aimer...

Partager:

Discutons...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.