Sa-cha

Le b.a.-ba du bouturage des plantes d’intérieur

Les plantes en intérieur apportent de la vie et nous permettent jour après jour de rester connecter à la nature. Elles habitent nos maisons, et accueillent nos amis et notre famille. Elles communiquent, grandissent, tombent parfois malade. Elles sont de véritables compagnons.

En ces temps de retranchement où les rencontres se font trop souvent virtuellement, elles nous permettent de nourrir notre lien au monde et au vivant.

La vie au milieu des plantes est assurément belle. Mais plus belle encore est notre capacité à les cultiver et créer de nouvelles plantes sans avoir recours à des jardineries extérieures.

Je suis une passionnée de plantes d’intérieur, et tous les mois je vous propose des boutures issues de ma collection personnelle de plantes mère. C’est pourquoi j’ai choisi de rédiger cette série d’articles sur le bouturage. Pour vous permettre, à votre tour, de démarrer votre jardin intérieur ! Je vous y livre mes secrets et mes astuces et partage avec vous mon expertise pour que vous puissiez, vous aussi, créer un paysage qui vous ressemble. Il n’y a rien de plus satisfaisant que de végétaliser son lieu de vie ou de travail !

En les bouturant, vous pourrez les offrir, les observer grandir et vous émerveiller de leur incroyable puissance.
Les plantes sont destinées à se reproduire. Il suffit de les observer pour voir leurs racines s’étaler, de furtives pousses apparaître, des feuilles tombées donner vie à une nouvelle plante.

Sachez-le, les plantes que vous avez ou rêvez d’avoir peuvent être bouturées pour donner naissance à une nouvelle plante !

Dans cet article je vais vous ouvrir les portes de cet incroyable univers et vous donner à voir ô combien les plantes sont une force vitale auprès de laquelle nous pouvons nous régénérer et nous apaiser. Il existe de très nombreuses techniques de bouturage : le bouturage de feuille, de tige, de limbe, de nervure…. je vais donc vous initier à toutes ces techniques en plusieurs fois à travers une série d’articles !

Celui que vous lisez est le premier de la série “Spécial bouturage”, je vous y présente les bases à connaître, je vous initie aux incontournables et vous présente en détail une première technique : le bouturage de tige !

Cette technique est facile à mettre en oeuvre et vous permettra de vous lancer aisément dans ce magnifique processus. Se laisser aller à contempler la vie poindre le bout de son nez…

Prêt à plonger dans le monde incroyable de la reproduction des plantes d’intérieur ? Alors c’est parti.

Plan de l'article

Les incontournables pour réussir vos boutures de plantes d’intérieur

Avant de rentrer dans le vif du sujet prenons un instant pour définir ce qu’est le bouturage. Bouturer une plante d’intérieur revient à créer une nouvelle plante à partir d’une plante appelée “plante mère”. En fonction des spécificités de la plante vous utiliserez des méthodes de multiplication différentes mais pour toutes vous vous appuierez sur la force vitale d’une plante mère pour créer la nouvelle plante.
Photo de Olivier Mary sur Unsplash

1. Le matériel

Le matériel nécessaire est somme toute assez basique et vous avez certainement la plupart chez vous.
  • Il faudra un arrosoir mais une carafe ou une bouteille fait aussi très bien l’affaire !
  • Une paire de ciseaux aiguisée et propre.
  • Un couteau, idéalement un couteau à greffer (peu coûteux) mais un couteau aiguisé fera aussi bien le travail !
  • Une cuillère pour le rempotage et la transplantation.
  • Des ficelles ou élastiques (plus facile à manipuler je trouve) pour attacher vos “serres faites maison”.
  • Une petite planche à découper pour couper vos boutures de feuilles et de tiges sans les abîmer.
  • Des pots. Les jeunes boutures aiment les espaces restreints donc l’idéal ce sont des petits pots. Vous pouvez recycler et utiliser les contenants à votre disposition.
  • Quelques sacs en plastique transparent pour fabriquer vos serres maison (des sacs de congélation c’est parfait).
  • Un vaporisateur pour vous assurer de maintenir la terre humide, condition nécessaire à l’enracinement de vos jeunes boutures. Je préfère le vaporisateur car il régule le montant d’eau naturellement. Mais si vous avez la main légère, l’arrosoir va tout aussi bien.
  • De la terre “spécial semis” que vous trouverez en petite quantité dans le commerce.
  • De l’hormone de bouturage (je vous en parle juste après ci-dessous).
  • Des billes d’argile (il y en a dans toutes les jardineries) ou du gravier de drainage (un gravier quelconque PROPRE va très bien).

2. L’hygiène

Bouturer une plante demande une hygiène importante afin de ne pas transmettre à vos toutes petites plantes en devenir des maladies qui limiteraient leur croissance ou empêcheraient leur enracinement. Sachez que vos boutures sont très fragiles et très sensibles aux différentes bactéries ou autre. Il faut donc des contenants propres et des outils désinfectés. Un coton imbibé de votre désinfectant maison va très bien !

3. Le substrat

Nous appelons substrat la terre que vous allez utiliser pour réaliser vos boutures. À savoir que les boutures préfèrent une terre peu fertilisée, plutôt légère et drainante ! Vous pouvez, comme précisé au dessus, trouver un substrat spécial bouturage dans le commerce. Il y en a pour les succulentes et pour les plantes vertes type tropicales ou autres. Mais si vous voulez réaliser les vôtres, voici deux recettes “faites maison”. Là aussi vous pouvez trouver les différents éléments en jardinerie ou en ligne. Sachez qu’une fois fait, vous pouvez le garder très longtemps dans une petite caisse en plastique !

Recette de substrat de bouturage plante verte et tropicale :
mélanger ⅓ de terreau avec ⅓ de sable et ⅓ de tourbe.
Recette de substrat de bouturage de succulente :
mélanger ¾ de sable pour ¼ de terreau.

4. L’hormone de bouturage

L’hormone de bouturage permet de cicatriser la bouture au niveau de la coupe et stimuler l’émission de nouvelles racines. Elle est un constituant important du processus. Elle sera une grande aide pour les boutures qui ont du mal à émettre de nouvelles racines.
Vous pouvez en trouver dans le commerce mais vous pouvez aussi réaliser votre propre hormone de bouturage. Ce que je vous invite à faire car c’est plus naturel, plus satisfaisant et plus écologique !

Il existe différentes recettes, plus ou moins sophistiquées, mais pour ma part je vais vous en conseiller deux très faciles à mettre en oeuvre :

  • la cannelle en poudre : c’est un fongicide doux qui protège les boutures. J’utilise cette hormone pour fabriquer les boutures présentes dans le magasin éphémère.
  • Le miel brut : c’est aussi un antibactérien naturel qui favorise la croissance des racines.

ASTUCE : vous pouvez tremper vos boutures dans la poudre de cannelle (que vous tapotez ensuite pour retirer le surplus) et ensuite dissoudre le miel dans de l’eau fraîchement bouillie que vous verserez sur le terreau pour donner un coup de fouet à vos boutures !

5. Les 8 points d’une multiplication réussie

  • Choisir une plante saine et exempte de tout ravageur.
  • Arroser la plante la veille de la multiplication. Surtout pour les succulentes.
  • Essayer de multiplier vos plantes avant midi ! 🙂 Elles sont comme nous…très énergiques le matin.
  • Utilisez, si possible, de l’eau de pluie récupérée pour l‘arrosage.
  • Prélevez plus de boutures que vous n’en voulez car toutes ne réussiront pas…
  • Maintenez une température stable et autour de 20 degrés durant le processus d’enracinement.
  • Recyclez tous les contenants que vous avez.
  • N’oubliez jamais de laver/désinfecter les outils, contenants, ciseaux…

La technique du bouturage de tige

Vous voilà donc fin prêt à vous lancer. Vous avez le matériel et un meilleur aperçu des conditions de réussite nécessaire à votre séance de bouturage. Nous allons donc maintenant plonger dans la technique du bouturage de tige.

Pour vous aider à repérer la technique de bouturage adaptée à votre plante, je vous ai préparé un tableau (version Excel –  version PDF) que vous pouvez télécharger et garder près de vous !

Le bouturage de tige est une méthode simple et rapide qui permet de multiplier facilement vos plantes, notamment les plantes tropicales. De plus, la coupe effectuée sur la plante mère a pour effet de favoriser l’apparition de nouvelle ramification. Elle aura tendance à se fortifier et se développer !

Bouture de tige de plante tropicale

Pour les plantes adaptée à ce type de bouturage reportez vous au tableau de multiplication des plantes (version Excel –  version PDF).

Les étapes :

1. Préparer les pots.
Les tiges sont sensibles et perdent rapidement leur humidité, il faut donc préparer les pots avant de procéder à la coupe pour y déposer vos prélèvements. Tapissez le fond de billes d’argile et remplissez le pots de terreau de semis préalablement humidifié. Tassez.

2. Choisir les tiges à couper.
Les tiges anciennes et épaisses sont lentes à s’enraciner. Il faut plutôt choisir de jeunes tiges souples. N’oubliez pas de prélever plusieurs boutures. Il va falloir couper juste en dessous d’un noeud (voir photo). Les racines se forment sur ce dernier.

3. Couper les feuilles inutiles.
Laisser une ou deux feuilles en haut de la bouture mais coupez toutes celles qui se situent en bas afin de conserver sa force et réussir à l’enfoncer dans le pot. En faisant cela vous permettez à la jeune bouture de concentrer sa sève sur les racines.

4. Mettre l’hormone de bouturage.
Trempez le bout de la bouture coupé dans votre hormone de bouturage. Uniquement là où vous avez effectué la coupe. Si c’est de la cannelle, tapotez pour retirer l’excédent.

5. Planter la bouture.
Enfoncez la tige dans le pot après avoir réalisé un trou avec un doigt ou un stylo. Tasser autour de la tige pour la maintenir. Mettez un tuteur si besoin.

6. Créer une serre maison.
Mettez le pot sur une soucoupe et placer un sac de congélation percé pour l’aération autour en le fixant autour du pot avec votre ficelle ou élastique.

À SAVOIR : vous pouvez, si vous le souhaitez, pratiquer le bouturage dans l’eau.
C’est une technique que vous avez dû déjà voir et qui consiste à mettre la jeune bouture dans un verre rempli d’eau à température ambiante.
En procédant ainsi, vous verrez apparaître des racines rapidement. Cependant, je ne recommande pas cette technique et si vous la pratiquez il faut le faire avec attention.
En effet, les racines qui se développent sur une bouture placée dans un verre d’eau s’acclimatent à un milieu aquatique et quand vous allez décider de les transplanter dans un pot (ce qui arrivera à un moment ou un autre), les racines aquatiques pourrissent et la jeune plante doit recommencer à zéro en produisant un nouveau lot de racines adaptées à la terre.
C’est pourquoi, si vous pratiquez ou décidez de tenter le bouturage de tige dans l’eau, il faut observer régulièrement la bouture pour la transplanter dans la terre dès l’apparition des racines. Si vous attendez trop, elle risque de ne pas avoir la force nécessaire pour créer de nouvelles racines et elle mourra. Il faut donc la transplanter quand les racines font 1 cm !

Bouture de tige de succulente

Pour connaître les plantes qui correspondent à cette technique reportez vous au tableau de multiplication des plantes (version Excel –  version PDF).

Dans cette exemple j’ai utilisé un epiphyllum anguliger, aussi appelé plante zigzag !

1. Choisir sa bouture.
Prélevez une bouture d’environ 10 cm ou 3 nœuds. Coupez net et en biseau sous le nœud.

2. Laisser reposer.
Pour les succulentes il est impératif que la plaie se cicatrise avant plantation. Poser donc la bouture coupée sur un support sec et propre pendant 3 à 7 jours. Le temps qu’un cal se forme au niveau de la coupe. Pas d’inquiétude, vous le remarquerez !

3. Préparer les pots.
Choisissez des pots qui vous permettront de planter plusieurs tiges. Cela vous permet d’avoir l’équivalent d’une mini plante dès le départ. Concernant leur préparation, c’est le même processus que pour les tiges de pantes tropicales : billes d’argile ou gravier au fond, terreau que vous aurez tassé et pré-trou.

4. Planter vos boutures.
Enfoncez vos boutures et mettez un tuteur si nécessaire. Pour les boutures de tiges fine (type rhipsalis ou celle utilisée pour cette article) mettez en plusieurs en bords de pots pour qu’elles retombent !

5. Arroser.
Humecter le terreau avec un vaporisateur.

6. Entretenir.
Arrosez toutes les 2 semaines ou uniquement quand le substrat et complètement sec. Les succulentes CRAIGNENT le trop d’eau ! Mais soyez régulier…

7. Vérifier l’enracinement.
Pour vérifier si l’enracinement a eu lieu, tirez légèrement sur la tige. Si elle résiste c’est que le processus a commencé, sinon attendez encore un mois environ !

Entretenir vos jeunes boutures

L’arrosage
Nous avons vu dans le descriptif des différentes étapes que les boutures de succulentes nécessitent un arrosage au démarrage et ensuite, uniquement une fois que le terreau est complètement sec. Veillez donc, quand vous arrosez, à vérifier que l’eau ne s’échappe pas. En effet, quand on arrose sur un terreau très sec, le risque que l’eau ne fasse que traverser le pot est réel. Reprenez-vous y à plusieurs fois si nécessaire !
Pour les boutures de plantes tropicales s’est tout à fait différent. Le sol doit rester humide mais non détrempé. Cette condition est nécessaire à l’enracinement de la bouture. Veillez donc à ce que ce soit le cas et vaporisez régulièrement le terreau où se trouve votre bouture. Ouvrez la “serre maison” et si la terre est sèche, vaporisez bien. Refermez-ensuite votre serre.

L’humidité
Les plantes tropicales ont besoin d’humidité qui se rapproche de leur milieu naturel. C’est pourquoi je vous recommande de les installer sous un sac de congélation percé pour la circulation d’air. Cette technique permet d’augmenter le taux d’humidité.
Il est inutile de faire de même pour les succulentes, qui à l’inverse, sont des plantes désertiques, habituées à des milieu rocailleux et sec.

La lumière
Les plantes nouvellement bouturées qui sont en phase d’enracinement ont besoin de beaucoup de lumière indirecte. Le soleil direct, surtout derrière une fenêtre, risque de brûler les tiges comme les feuilles. Privilégiez donc la luminosité et non le plein soleil.

La température
C’est un facteur crucial pour réussir votre enracinement. Il faut essayer de maintenir une température stable autour de 20 – 21 ° environ. Surtout éviter les chutes brutales. Si jamais vous ne pouvez pas maintenir cette température, je vous invite à planter vos jeunes boutures dans des serres de multiplication chauffées. Elles se trouvent dans les jardineries et vous serviront très longtemps. Arroser avec de l’eau à température ambiante permet aussi de maintenir la régulation thermique ! Cependant, dans nos maisons et appartements, il est souvent possible d’éviter les serres chauffées.

Transplanter les jeunes plantes.

Afin d’éviter des chocs thermiques trop fort, une fois votre bouture enracinée, vous allez pratiquer l’endurcissement. Il s’agit de la méthode d’acclimatation de vos jeunes plantes !

Environ deux mois après le bouturage ( temps moyen pour un bon enracinement) vous allez remarquer les signes d’une nouvelle végétation. De nouvelles pousses émergent. Votre bouture est donc prête à être transplantée.

C’est à ce moment là que vous passez à l’étape de l’endurcissement.
Il s’agira d’ouvrir le sac progressivement pour permettre à la plante de s’acclimater à de nouvelles conditions. Attention, elles sont comme nous, de grands chocs thermiques peuvent lui faire du mal !

Si après avoir laissé le sac ou le couvercle de la serre partiellement ouvert rien ne se passe (feuilles qui fanent, couleur qui change) vous pouvez envisager la transplantation.

Commencer par préparer un pot un peu plus grand. Remplissez de terreau normal et humidifiez bien avec votre vaporisateur.
Avec une cuillère, sortez la nouvelle plante délicatement en vous assurant de ne pas briser les jeunes racines. Transférez dans le nouveau pot et tassez bien. Laissez, pour un temps, le pot là où vous aviez l’ancien. Après deux semaines, placez votre nouvelle plante où vous le souhaitez chez vous, du moment que ce nouveau lieu respecte bien ses besoins.

Mise en oeuvre : réalisez votre première bouture

Dans mon dernier article je vous invitais à créer votre premier rituel végétal “slow life”, aujourd’hui je vous propose de bouturer votre première plante.

Vous l’avez compris, le bouturage est un processus long qui va demander à la bouture toute son énergie pour donner naissance à une jeune plante.
Cela prends environ 3 mois de bout en bout. Mais ce qui se passe durant ces trois mois est juste magnifique. Vous allez la voir se transformer et vous observerez les premiers signes de la plante en devenir. Un feuillage qui pousse, une tige qui apparaît, une nouvelle feuille…

Vous allez observez l’inépuisable force de la nature et sa capacité d’adaptation. C’est une expérience incroyablement satisfaisante…

Je vous invite donc à vérifier dans la liste que je vous ai concoctée (version Excel –  version PDF) si vous avez chez vous une plante qui peut se bouturer par tige et sinon, avez-vous un ami ou un membre de votre famille qui en a ?

Une fois cette plante identifiée laissez-vous aller à créer votre bouture. Les plantes sont magiques, elles se reproduisent facilement et vous permettent ainsi d’agrandir votre famille végétale. Il n’y a rien de plus satisfaisant que de rapporter un petit morceau de plante chez soi ou d’en prélever un pour observer cette si délicate bouture se transformer en plante. Imaginez un peu ça !

Conclusion

Les émotions que l’aventure du bouturage procurent vont bien au-delà du simple plaisir de s’entourer d’esthétique végétale. Les plantes incarnent le vivant et l’évolution. Elles sont résilientes et ont une incroyable capacité de résistance. Les voir se reproduire et grandir insuffle de l’optimisme et de la joie.

Donnez-moi des nouvelles de votre visage et de votre sourire à la vue des premiers signes d’une nouvelle végétation sur votre bouture !!

Je vous souhaites une merveilleuse expérience aussi lente que puissante, et espère que ces quelques conseils vous ouvrent la voie d’une relation nouvelle aux plantes !

Et si vous avez des questions, un doute ou une expérience à partager n’hésitez pas à ma laisser un commentaire ou m’envoyer un message privé sur Instagram ! Je serai ravie de vous aider et d’avoir des nouvelles de vos expériences avec le bouturage.

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Vous voulez transformer votre lieu de vie en un cocon végétal où le temps cesse sa frénétique course pour se poser à vos côtés. Mon travail est de vous aider à y parvenir en créant un paysage intérieur au service de votre slow life.

Catégories

Les derniers articles

Abonnement à la lettre de Sa-cha

Pour découvrir les nouveaux articles et les dates d’ouverture du magasin éphémère.

Nos réseaux sociaux

À explorer...

Les plantes et vous

Interview de Stéphanie Ailloud “Les plantes et vous”

J’ai rencontré Stéphanie à un moment charnière de ma vie. Une de ces étapes où il est essentiel de trouver l’espace mental & intérieur pour prendre les bonnes décisions. Je ne pense pas que je serais parvenue à le faire sans son aide, sa générosité et sa capacité à faire jaillir ce que je gardais au fond de moi.

Lire la suite »

Discutons...

1 réflexion sur “Le b.a.-ba du bouturage des plantes d’intérieur”

  1. Merci pour tous ces conseils précieux pour les amateurs comme pour les novices !
    Une petite astuce perso : un bon outil pour faire les trous avant d’installer la bouture : utiliser une baguette chinoise !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

sa-cha_magasin_ephemere

Les pépites végétales

Plus qu’une newsletter, une invitation à la rencontre !